La jeunesse tchadienne, dernier souci de Déby

Souvent citée dans des discours démagogiques des campagnes électorales comme « fer de lance de la Nation » mais dans la réalité la jeunesse est traitée comme un papier hygiénique après l’usage.

L’éducation de la jeunesse est un mot vain dans la politique actuelle de l’Etat. Avec les 16 mesures d’urgence pour faire face à la crise financière due à la chute du prix du pétrole, les primes des enseignants sont réduites de cinquante pour cent et la bourse des étudiants supprimée sans vergogne. Alors que même avant l’exploitation du pétrole ces bourses et les primes étaient quand même payées aux ayant-droits.

Les multiples grèves prolongent les années académiques retardant ainsi l’évolution des étudiants dans leur cursus. Après l’obtention de leurs parchemins (les barbes blanches), l’accès à la fonction publique reste un véritable parcours d’un combattant.

Le clientélisme et la corruption gangrènent notre ministère de la fonction publique.Certains postulants nantis paient cinq cent mille voire un million de francs CFA pour parvenir à être intégrer sans compter l’escroquerie dont les victimes sont légions. A défaut ,il faut être parrainé par un homme politique bien influant pour se voir intègrer ou etre remplacé numériquement.

L’entreprenariat ou l’auto-emploi dont parle l’Etat a du plomb dans les ailles. Le manque des capitaux et les multiples taxes et impôts créés a tout bout de champ pour pallier à la crise sont des freins a ces genres d’initiatives.

Le seul issu que semble désormais avoir la jeunesse au Tchad semble être l’enrolement dans les forces de défense et de sécurité pour servir de bouclier à DEBY face à ses frères rebelles ou de mercenaires qu’il peut faire débarquer des milliers partout à sa guise sous prétexte de la lutte contre le terrorisme et autres soucis de sécurité dont lui seul connait la nécessité . Et pourtant la jeunesse tchadienne mérite aussi d’autres distinctions plus honorifiques que d’être toujours des soldats aguerris n’est-ce-pas ?

The following two tabs change content below.
hergopat
Je suis BELNGAR PATRICK de nationalité tchadienne. Je dessine depuis mon enfance. Issu d'une association de dessinateurs tchadiens dénommée Atelier Bulle du Chari, j'ai eu la chance de faire mes premiers pas dans le monde du graphisme, de la bande dessinée et la caricature. J'ai été caricaturiste dans plusieurs journaux de chez moi dont N'Djamena hebdo, le temps, le miroir. Je suis aussi coauteur de deux albums de dessins a savoir DEMAIN IL FERA JOUR et PERMIS DE CONDUIRE A N'DJAMENA qui mettent en situation les populations a un moment donné de notre histoire. Parallèlement à mes activités artistiques j'enseigne les maths au collège Félix Éboué et les Arts-plastiques a l’école et au collège les Étoiles Brillantes.
hergopat

Derniers articles parhergopat (voir tous)

Laisser un commentaire